Iomen Aergad

Le lendemain matin, le Grand Iomen le présenta à tous, moines et novices. La foule bigarrée offrait un joli spectacle car les toges de couleurs vives présentaient des teintes différentes selon le rang et la fonction de ceux qui les portaient.

Aergad n’eut pas l’occasion d’approcher le bureau d’Artus ce jour-là, ni les jours suivants. Ses tâches de novice lui prenaient tout son temps et le laissaient épuisé le soir venu. Mais au moins cela lui permettait d’éloigner la curiosité du seul compagnon de chambrée qui lui restait. L’autre novice s’était en effet installé dans l’aile des familles avec sa compagne, moniale au temple.

Au bout de quelques semaines, Aergad rassembla son courage pour aller parler de cette situation au Grand Iomen. Celui-ci se montra compréhensif mais ferme : tant qu’il était novice, les tâches que lui assignaient les autres moines étaient prioritaires. Avec le temps il s’habituerait à ce rythme et serait en mesure de poursuivre les recherches d’Artus le soir. Aergad prit congé avec l’impression d’avoir été trompé dans ses attentes.

Mais le Grand Iomen avait raison. Très vite, Aergad put passer ses soirées dans ce qui avait été le bureau d’Artus.

La routine du temple fit passer le temps à une vitesse vertigineuse. A la fin de l’été, Aergad se retrouva seul dans le dortoir : son compagnon était devenu moine. En automne, ce fut son tour.

Le jour de la cérémonie, Aergad passa pour la dernière fois sa toge bleue de novice. Il se rasa de près et attendit qu’on vienne le chercher. Quand ce fut l’heure, il fut conduit dans la chapelle du temple. Tout le monde y était rassemblé, même les visiteurs. Des prières furent adressées à Màv, la Déesse-Mère, puis Aergad fut laissé seul pour accomplir le rituel qui ferait de lui un moine : allumer toutes les lumières de la chapelle. Les moines vouant un culte à Màv pensaient que la déesse finirait par chasser les ténèbres du monde. Illuminer la chapelle dédiée à la déesse était un moyen de célébrer cette croyance. Il y avait trois cent soixante-six lumières, une pour chacun des jours de son noviciat. Quand il eut fini, il sonna les cloches à toutes volées, et les moines et les novices entrèrent assister à la fin de la cérémonie. Tous chantèrent pour célébrer l’entrée d’Aergad dans la communauté du temple.

Le soleil se coucha, et la chapelle illuminée offrait un spectacle saisissant en se reflétant sur le lac sombre.

La fête se poursuivit une grande partie de la nuit, puis Aergad fut conduit à son nouveau logement. Il occupait celui d’Artus, près de son bureau. En se couchant ce soir-là, il eut l’impression de s’être rapproché de Kataryn.

Pour rester avec Aergad, c’est ici.

Pour en apprendre plus sur les cérémonies qui jqlonnent la vie au temple, c’est ici (prochainement)

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *