Lecture : autoportrait de l’auteur en coureur de fond

Bonjour à tous !

Inspirée par le printemps, le retour du beau temps et du soleil aux petites heures du matin, j’ai eu envie de découvrir Murakami par ce livre, étant moi-même une coureuse.

Ce livre est, comme son titre le laisse penser, un essai autobiographique, et non un roman. Il relate la préparation de Murakami à son marathon annuel, et livre les pensées de l’auteur sur la course à pied et sur l’écriture. Je l’ai lu presque d’une traite. C’est rare qu’un livre combine deux de mes passions ! Dommage que Murakami ne s’adonne ni à la couture ni au yoga, ainsi ce livre aurait été parfait pour moi.

Blague à part, cet essai offre une plongée unique dans la tête d’un écrivain-coureur et livre le portrait d’un homme discipliné, d’un artisan des mots qui n’a pas peur de l’inconfort ni d’un dur labeur, d’un homme auquel j’ai pu m’identifier. La question est de savoir s’il dispose d’une telle personnalité, ce qui fait qu’il n’a pas trop de mal à s’astreindre à une pratique régulière de la course et de l’écriture, ou si c’est la course, une fois devenue une habitude, qui a transformé sa vie. Murakami lui-même penche pour cette dernière option, pour ma part je n’en suis pas si sûre. Mais je reconnais que quand on réussit à partir aux aurores pour un jogging matinal, cela nous donne de la force et le sentiment que rien n’est insurmontable…

Ce que j’ai grandement apprécié, c’est le fait qu’à peine refermé, ce livre me donne envie de courir plus et de consacrer plus de temps à l’écriture. Même si Murakami vit de sa plume, à ses débuts il tenait un club de jazz dans lequel il passait sa nuit, puis il écrivait une à deux heures au petit matin avant d’aller se coucher, et courait ses 10km quand il se réveillait. S’il y est arrivé, je me dis que moi aussi je suis capable de débloquer plus de temps pour écrire. Bon, il ne semble pas avoir d’enfants, en tout cas il n’en parle pas, et les enfants, à côté des joies qu’ils apportent, sont pour ainsi dire chronophages et requièrent beaucoup d’attention, mais il est possible de trouver des moments dans la journée ou dans la semaine où se consacrer à l’écriture. La preuve, je reviens d’un petit jogging de 4km, et j’écris ces lignes 😉

C’est un livre que je recommande à tous ceux qui écrivent, aux fans de Murakami qui ne connaîtraient pas encore cet essai, à tous les coureurs et à ceux que le sujet intéresse mais qui hésitent encore à se lancer. Le printemps est là, alors enfilez des vêtements et des chaussures confortables, et courez ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *