Problèmes de gouvernement

Semaine après semaine, la vie reprit son cours normal pour les habitants du château. Le mariage se rapprochait, et Aergad et Kataryn avaient du mal à contenir leur impatience. Cependant, la mort de Théodebert étant restée inexpliquée, des désagréables rumeurs continuaient à circuler sur Aergad. Plus grave encore, la moitié du Conseil ducal ne lui faisait plus confiance. Ceux qui avaient voté pour la culpabilité d’Aergad n’avaient toujours pas admis son innocence. Ils s’opposaient systématiquement aux propositions et avis d’Aergad. Le duc voyait son Conseil scindé en deux, et il détestait cela. Le Rhyn devenait ingouvernable. Il réfléchit longuement au problème, d’autant plus longuement que la seule solution envisageable lui était intolérable.

Il avait bien essayé de sermonner les membres récalcitrants de son Conseil, sans résultat. Ne lui restait qu’une option. Elle lui était si pénible qu’il repoussait le moment de la mettre en œuvre, mais bientôt, il ne pourrait plus reculer. Il fut temps d’agir, et ce fut l’une des décisions les plus difficiles de son existence.

Il annonça sa résolution à sa fille et à Aergad lors d’un dîner privé dans ses appartements. Lorsqu’elle entra, Kataryn vit tout de suite que quelque chose n’allait pas. Le duc avait l’air bouleversé. Il les laissa s’installer et leur fit servir du vin. Il ne voyait aucun moyen de leur annoncer la nouvelle avec douceur, c’est pourquoi il ne tourna pas autour du pot. Ce n’était pas dans sa nature.

– Vous devez rompre vos fiançailles, annonça-t-il de la voix la plus ferme qu’il le put.

– C’est à cause de ces rumeurs sur mon compte ? demanda Aergad avec colère.

Le duc hocha la tête.

– Mais enfin, père, vous savez bien qu’il est innocent ! s’emporta Kataryn.

– Bien sûr que je le sais. Mais tu ne dois pas oublier qu’il deviendra duc de Rhyn à tes côtés. Or, comment pourrait-il gouverner si ni son peuple, ni son Conseil ne lui font confiance ?

– Et si je me retirais du Conseil ? proposa vivement Aergad.

– Cela ne ferait que repousser le problème, protesta le duc.

– Tout ceci n’est que provisoire. Bientôt, tous auront oublié, dit Aergad.

– J’en doute, rétorqua le duc. Tant que nous n’aurons pas retrouvé l’assassin de Théodebert, vous serez soupçonné. Cela dure déjà depuis plusieurs semaines, et ce sera encore le cas lorsque vous vous marierez. Si tu épouses Aergad, ma fille, tu te mets la moitié de ton Conseil à dos. En tant que future duchesse, tu ne peux te permettre une telle chose.

Kataryn garda un silence obstiné quelques instants. Quant à Aergad, il savait, en son for intérieur, que le duc avait raison. Mais l’admettre l’aurait anéanti. Il ne pouvait pas vivre sans Kataryn.

– Vous avez raison, père. Epouser Aergad est incompatible avec ma charge d’héritière du duché, finit par reconnaître Kataryn d’une voix blanche.


Pour rester avec Aergad et Kataryn, c’est ici.

Pour en apprendre plus sur le Conseil ducal, c’est ici.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *