La résolution de Kataryn

Le duc ferma les yeux, soulagé. Enfin sa fille entendait raison.

– C’est pourquoi je renonce à cette charge en faveur de mon frère Clotaire, continua Kataryn.

– As-tu perdu l’esprit ? s’écria le duc, effaré. Tu as été préparée à tes futures responsabilités depuis ta naissance ! Tu feras une grande duchesse, tout le monde s’accorde là-dessus ! Et le duché, y as-tu pensé ? Tu ne peux pas l’abandonner pour un caprice !

– Aergad n’est pas un caprice ! s’insurgea Kataryn. Père, vous devriez pouvoir comprendre cela, après ce que vous avez vécu avec ma mère.

La jeune femme retenait ses larmes avec difficulté, et le duc souffrait sincèrement pour elle.

– Je ne peux plus vivre sans lui… termina Kataryn avec des sanglots dans la voix.

Le duc lui prit la main et la serra :

– Ma petite fille, crois-moi, je comprends ce que tu ressens. Lorsque ta mère est morte…

– C’est différent ! le coupa Kataryn en retirant sa main de celle de son père. Aergad n’est pas mort. Comment pourrais-je avoir la force de gouverner, de remplir mes devoirs dynastiques, sachant que je ne peux pas être avec lui ? Je refuse de rompre.

Elle se leva et quitta brusquement la pièce. Aergad s’inclina en silence devant le duc et la suivit. Elle se dirigeait à grandes enjambées vers ses appartements. Elle en chassa tous ses serviteurs avant de se jeter dans les bras de son fiancé.

– Il ne changera pas d’avis, sanglota-t-elle. Pourquoi ne veut-il pas désigner Clotaire comme héritier ?

– Laisse-lui un peu de temps pour y réfléchir, mon amour. Je crois qu’il n’y avait jamais pensé avant que tu ne le lui proposes.


Pour rester avec Aergad et Kataryn, c’est ici.

Pour suivre le duc, c’est ici.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *