Première rencontre

La séance se poursuivit par l’examen de la collecte des impôts. Il se déroula assez rapidement, car l’année avait été bonne pour tout le monde. Les seigneurs étaient plus que satisfaits des rentrées dans leurs coffres. Cette année, les provinces n’avaient nul besoin de compenser des difficultés subies par l’une d’entre elles.

L’après-midi était déjà bien avancé et le besoin d’une pause se faisait sentir. Le duc suspendit la séance pour une heure, et les conseillers se levèrent avec soulagement. Aergad s’apprêtait à sortir quand Kataryn l’appela. Il se retourna et s’inclina devant elle.

Je n’ai pu m’empêcher de remarquer que vous n’avez pas dit un mot pendant la séance, dit-t-elle. Or, j’aimerais connaître votre avis sur les comptes que nous venons d’examiner.

Aergad ne put retenir un sourire. Comme elle était sérieuse ! A son grand étonnement, cette attitude l’attendrit.

Je veux écouter, et non m’exprimer, répondit-il. Comme je ne suis que l’envoyé provisoire de ma province, je n’estime pas avoir encore le droit de parler au nom de ses habitants. Je m’excuse si j’ai paru me désintéresser du Conseil. Ce n’était pas là mon intention.

Kataryn aima cette réponse pleine de franchise et de modestie.

– N’ayez crainte, personne n’a eu cette impression, lui assura-t-elle. J’étais simplement curieuse de connaître votre avis. Vous êtes le seul à ne pas avoir pris la parole.

Aergad s’empressa de la satisfaire. Il avait quelques idées pour améliorer l’administration de sa province et du duché, et il savait qu’il serait mieux écouté par Kataryn que par le duc. Elle fut impressionnée par ce qu’il proposait. Maintenant elle comprenait pourquoi il était adoré par ses vassaux. C’était un homme plein d’une énergie communicative. Elle l’écoutait avec plaisir et le temps passait sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle espéra qu’il reviendrait en tant que conseiller confirmé. La cour manquait cruellement d’un homme tel que lui, capable de faire souffler un vent de joyeuse folie sur les habitudes rigides de son père.

La pause se termina, et tous les conseillers reprirent leur place. Après d’âpres débats sur ce qu’il convenait de faire des surplus de l’année, la séance se termina. Les conseillers essayèrent de ne pas se ruer sur le repas qui les attendait dans la grande salle du château. Ils étaient affamés malgré la collation qu’on leur avait servie en début de soirée. Et pour cause : la nuit était déjà tombée depuis longtemps.

Aergad vint prendre congé du duc et de sa fille. Kataryn lui proposa de passer la nuit au château.

Ma fille a raison, Sigimond. Restez donc ici jusqu’à demain. Votre pauvre père peut bien attendre une nuit de plus…

Aergad accepta. Il souhaita bonne nuit au duc et à sa fille, et se retira dans ses nouveaux quartiers pour la nuit, troublé par le regard soutenu de Kataryn sur son visage lorsqu’il avait pris congé. Il partit tôt le lendemain pour ne revenir que deux semaines plus tard, à l’occasion de la cérémonie qui ferait de lui le conseiller ducal de sa province, confirmé dans ses titres de comte et d’administrateur de Sigimond.


Pour revoir Kataryn, c’est ici.

Pour revoir Aergad, c’est ici.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *