Être écrivain : Dorian Lake

Dorian Lake est comme moi un écrivain de fantasy que je vous ai déjà fait découvrir (ici). Il m’a interviewée sur son blog, c’est donc pour moi un plaisir de lui rendre la pareille 🙂


Avant toute chose, peux-tu te présenter, toi et ton œuvre, en quelques phrases ?

Merci Maud pour l’invitation, c’est avec plaisir que je me soumets au jeu des questions-réponses !

Passionné par la SF, la Fantasy et le Fantastique depuis toujours, je me suis sérieusement mis à l’écriture en début 2015, suite à un déclic. Peut-être aussi la crise de la vingt-neuvaine. J’ai commencé avec un premier roman, Isulka la Mageresse – La Pierre d’Isis, qui relate les chassés croisés entre deux antihéros hauts en couleur, au XIXe siècle entre Paris et l’Égypte. Ce roman a été accepté par la maison d’édition Lune Écarlate et sera sûrement édité en 2016.

J’ai également écrit deux nouvelles de SF : l’une se rapproche du film noir avec un twist dystopique et est en recherche d’éditeur. L’autre est un péplum spatial pulp que je dois encore fignoler.

Dans la même année, j’ai fini le premier jet d’Isulka la Mageresse – La Vieille Alliance. Ce tome 2, indépendant du premier, reprend les mêmes personnages et les embarque en Écosse, où une ancienne malédiction picte ressurgit des brumes.

Enfin, novembre sera le mois du Nanowrimo, un défi littéraire que je fais avec plein d’autres auteurs et qui consiste à écrire 50000 mots, soit un roman court, en un mois. Je m’engagerai dans de la SF horrifique et quelque chose de beaucoup plus mâture qu’Isulka (qui est déjà un projet plus adulte que YA).

Je maintiens mes projets à jour sur mon blog, car je conçois que ça fait beaucoup ! Lien du blog : http://dorianlake.blogspot.com/2015/10/romans-nouvelles-et-projets-toutes-les.html

Pour toi, être écrivain, c’est quoi ?

Écrivain est pour moi un métier. Cela ne veut pas dire que c’est le seul métier que l’écrivain doit exercer et il peut se conjuguer avec une carrière professionnelle, mais on est plus au simple stade du hobby. Ce n’est plus un petit plaisir du soir ou du week-end, le temps d’une nouvelle ou d’un roman, mais bien un investissement personnel important et une vocation. La frontière n’est évidemment pas simple à tracer, mais pour moi elle existe et répond à la question de ce qu’est un écrivain.

Te sens-tu écrivain ? Depuis quand ?

Je dirais que je suis dans un no man’s land entre l’activité de plaisir et le métier. Depuis ce début d’année, j’ai passé beaucoup de temps à écrire et à corriger, mais surtout à réfléchir à mes histoires, mes récits, mes scènes. C’est quelque chose de quotidien, qui ne s’arrête plus et qui n’est pas prêt de s’arrêter si j’en crois ma motivation actuelle, qui ne s’est pas effritée malgré le choc frontal de deux romans. Du coup suis-je un vrai écrivain ? Difficile à dire…

Quelle serait ta routine d’écriture idéale ?

Tout d’abord je n’écris pas régulièrement. C’est-à-dire que je suis incapable de pondre 500 mots par jour pendant 4 mois pour avoir mon premier jet. Non, il faudra que je travaille intensément sur une période très courte, idéalement une ou deux semaines, à temps plein. C’est possible en prenant des congés par exemple, ce qui me motive encore plus car si je n’en profite pas, alors j’ai perdu mon temps et des vacances (et j’aime les vacances…)

J’écris alors chez moi, mon casque sur les oreilles, idéalement à un bureau sauf qu’aujourd’hui, le bureau c’est la table. Bref, voilà à quoi ressemble le programme quotidien :

Je commence entre 8h00 et 9h00 du matin, travaillant non-stop jusque midi. Petit pause d’une heure devant un reportage sur youtube touchant au sujet du bouquin. Reprise de l’écriture jusqu’au dîner, petite pause matrimoniale (si je ne veux pas devenir un écrivain célibataire) et travail jusque minuit voire plus tard quand je suis seul.

Et en vrai, ça ressemble à quoi ?

En vrai ça y ressemble, mais en rajoutant beaucoup de bruit : facebook, mails, sms, forums, épisodes de série, choix de musiques sur youtube, clips sur youtube (oui, j’ai bien dit que j’écrivais en musique et parfois, quand j’aime bien la musique, je ne décroche plus !), grignotage, courses, Amazon, sport, etc.

As-tu des objets fétiches liés à l’écriture, ou des règles ? (par exemple, j’ai pour règle de ne pas commencer un roman tant que je n’ai pas terminé d’écrire celui en cours)

J’écris intégralement sur word, donc je n’ai pas de carnet ou de stylo magique, d’autant qu’écrire à la main est quelque chose que j’ai en horreur. Non seulement je suis incapable de me relire car j’écris comme une mouche de sixième, mais surtout l’acte en lui-même m’énerve. Je n’aime pas me servir de mes mains, donc j’évite tout ce qui n’est pas composé d’un clavier ou d’une manette.

Sinon je n’aime pas les règles et la seule façon que j’ai trouvé de me discipliner c’est de poser des congés pour écrire. Je suis organisé, mais je n’aime pas être forcé, donc les seules choses auxquelles je m’oblige sont d’écrire et de me corriger.

As-tu quelque chose à ajouter ?

Peut-être un message pour tous les aspirants-auteurs qui pourront lire : devenir auteur (voire écrivain) c’est faisable. Ce n’est pas un processus qui prend quinze ans et qui bouffe toute la vie sociale. Ça demande de l’investissement, oui, mais c’est possible ! Tous ceux qui vous diront que non, on ne trouve pas d’éditeur, il faut trop de temps, ça ne sert à rien, et bien ils ont tort. Il y a un an jour pour jour, je n’y aurais pas cru non plus et pourtant…

Voilà !

Merci beaucoup pour l’invitation et j’espère que mon témoignage sera utile, notamment à ceux qui aimeraient se lancer

Merci  de m’avoir accordé cette interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *