Le temple d’Ivelië-Nemu

Ce temple situé sur les Terres Occidentales tient son nom du lac au bord duquel et sur lequel il est construit. C’est une élégante construction de bois, aérienne et peinte de couleurs vives.

Sa construction remonte à la chute d’Eriu. Le temple fut en effet fondé par une poignée de survivants, dont Ilio le Maître du Feu, afin de perpétuer la légende de la Cité Engloutie et de rassembler toutes les informations qui seront utiles aux Elus dans leur quête.

Le temple est également un lieu de formation pour les Gardiens des runes, ainsi que le sanctuaire de l’une d’elles.

Les moines et moniales qui forment la communauté d’Ivelië-Nemu sont une cinquantaine. Ils portent des toges de couleurs différentes selon leur rang et leur fonction. Après un noviciat plus ou moins long selon leur âge, ils accèdent au rang d’iomen ou d’iomena, et le Grand Iomen est leur chef (ou la Grande Iomena). Ils élisent tous les sept ans l’un des leurs à cette fonction, et son mandat n’est renouvelable qu’une fois.

Les temples du Nomed sont différents des monastères que nous connaissons chez nous : les moines et moniales ne sont pas tenus au célibat et peuvent fonder une famille. Une aile du temple y est dédiée. C’est ainsi que Shaïmon est né et à grandi au temple.

En plus de son rôle de Gardien de la légende d’Eriu, le temple d’Ivelië-Nemu remplit les fonctions classiques des temples du Nomed : accueil des voyageurs (même s’ils sont rares), copie des livres anciens (même si l’imprimerie existe, les imprimeurs et typographes n’ont pas créé de caractères pour la poignée de livres couverts de signes anciens), archives de la connaissance, formation à l’histoire et à la magie (entre autres), sans oublier leur rôle religieux. Les moines d’Ivelië-Nemu révèrent Màv et la lumière, et les fêtes religieuses rythment leur calendrier.

7 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *