Les Terres Occidentales

Aergad se détourna du magnifique paysage qui s’étendait en contrebas et s’éloigna du temple multicolore. D’après sa carte, le chemin le plus court coupait à travers les Montagnes Sacrées, au sud-ouest. Mais c’était un itinéraire dangereux car ces montagnes étaient parmi les plus hautes du Nomed. Les traverser lui ferait perdre un temps considérable. Aergad s’était donc décidé pour un itinéraire plus facile, quoiqu’un peu plus long en termes de distance. Il longerait la rive du lac Ivëlië-Nemu vers l’est, contournant ainsi le nord des montagnes. Il prendrait alors la direction du sud-ouest, gardant les montagnes à sa droite. A pied, le voyage risquait de lui prendre plusieurs semaines, c’est pourquoi il avait résolu de faire l’acquisition d’une monture.

Il dut marcher plusieurs jours avant de trouver une ville sur son chemin, où il acheta un cheval pour la suite de son voyage à travers les Terres Occidentales.

Les Terres Occidentales étaient connues pour être le plus vieux continent du Nomed. A une époque il avait été surpeuplé, ce qui avait poussé ses habitants à gagner le Tatùenen, continent beaucoup plus vaste où se situait entre autres le duché de Rhyn. Le vieux continent, délaissé, était devenu une vaste forêt coupée en deux par les Montagnes Sacrées. Quelques villes et temples y avaient subsisté, mais les gens du Tatùenen tenaient leurs habitants pour étranges et peu fréquentables, c’est pourquoi ils faisaient rarement la traversée. Il était vrai que sur le Tatùenen, l’époque où chaque être humain était doté de facultés magiques était depuis longtemps révolue. La magie se faisait de plus en plus rare sur le grand continent, ce qui n’était pas le cas sur les Terres Occidentales. Cela était sans doute dû à la présence des elfes. Car ceux qui ne s’étaient pas réfugiés sur l’Ile Inaccessible peuplaient les vastes forêts du vieux continent. C’était un agréable compromis pour ceux voulant vivre retirés sans pour autant se couper entièrement du monde.

Grâce à sa sensibilité magique développée, Aergad sentait et appréciait l’atmosphère surnaturelle des lieux qu’il traversait. Il se disait qu’une fois Kataryn de nouveau auprès de lui, ils pourraient gagner ensemble ce havre magique. A moins qu’elle ne préfère se consacrer à sa charge de duchesse. Car s’il parvenait à remonter le temps, il ferait en sorte que Théodebert ne soit pas tué, ainsi il pourrait épouser sa bien-aimée comme prévu.


Pour rester avec Aergad, c’est ici.

Pours en apprendre plus sur la géographie du Nomed, c’est ici.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *